La reconversion professionnelle de Grégoire Detrez

C’est un retour aux sources pour le pivot international Grégoire Detrez (37ans). En effet c’est depuis son plus jeune âge qu’il a débuté à l’USAM Nîmes Gard. Il a été formé dans ce club et y a gravi les échelons jusqu’à jouer au plus haut niveau. Il joua 7 saisons de 2001 à 2008 en professionnel à l’USAM Nîmes Gard avant de partir à Chambéry. En possession d’un D.U Staps, il commence actuellement une licence en psycho.

Nous sommes partis à sa rencontre pour comprendre son parcours et ses nouveaux objectifs

Bonjour Grégoire, qu’est-ce que ça te fait de revenir à l’USAM Nîmes Gard en tant qu’ancien joueur de ce club ?

Je suis parti en 2009, ça m’a fait quelque chose de revenir, je suis très content car ça a été un club très important pour moi, donc c’était pour moi naturel de revenir. D’autant plus que ma famille est d’ici, alors je voulais profiter avec eux et revoir mes proches, je savais que j’allais revenir « chez moi ».

Comment s’est passé ta carrière depuis tout ce temps ?

Après mon départ de l’USAM en 2008 pour Chambéry, tout s’est bien passé, mes ambitions personnelles étaient de faire la coupe d’Europe et de jouer en équipe de France et j’ai réussi à atteindre mes objectifs. Mon départ fut une nouvelle expérience handballistique et humaine c’était une nouvelle vie,

et j’ai passé 9 saisons extraordinaires à Chambéry malgré une dernière saison pas terrible. Je ne voulais pas finir la dessus et il fallait que je prépare ma reconversion professionnelle et Chartes me proposait un double projet qui m’intéressait autant du point de vue handball que l’aménagement pour les études.

Quel est ton statut actuel ?

Avec l’USAM je n’ai pas de statut particulier, mais le club me permet de travailler avec les jeunes joueurs du centre de formation, en lien avec ma formation. Je leur propose donc des moments d’échanges sur la préparation mentale par exemple et je me tiens à leur disposition s’ils ont besoins de parler.

Quels sont tes projets d’avenir ?

Mon projet d’avenir n’est pas encore défini complètement, je suis encore en réflexion. Devenir psychologue du sport est intéressant mais il faut voir la spécificité clinique du métier qui, elle, est complexe.

 

Nous remercions chaleureusement Grégoire pour son temps apporté à notre Green Team Junior, ainsi que pour cet entretien.