A la trêve, l’équipe est classée troisième, que penses-tu de ce classement ?

Je suis très satisfait du classement. Être sur le podium à la mi-saison et surtout avec un nombre de points qui est important montre que la phase aller est réussie. On a seulement trois défaites et deux nuls en championnat sur treize matchs donc c’est vraiment un bon bilan pour nous. On a réussi de grands matchs : cette victoire probante à domicile face à Montpellier, face à Nantes à domicile et plus récemment ce succès à Aix. Je pense qu’on a fait preuve de régularité et de caractère et parfois de talents. On est dans la zone où on voulait être, avec les équipes que l’on attendait.

L’équipe a grandi et pris en maturité pour toi ?

Je pense qu’elle a grandi et elle a su se sublimer. Il y a pour moi deux matchs incontournables : le retour face à Csurgoi parce que c’était un accomplissement en terme de jeu, de caractère et de collaboration. C’était un match fantastique et il nous a fait prendre conscience de ce qu’il fallait mettre en place pour exister au niveau européen. Et puis le match à Aix, qui lui a été le plus complet face à un concurrent direct pour les places européennes. Et là en terme handballistique c’était notre match de référence.

Le top 5 est acquis à la trêve, quels sont les ingrédients pour continuer cette belle saison 2019/2020 ?

Moi je veux qu’on s’améliore et qu’on soit encore plus fort. C’est ce qu’on leur a dit au moment de reprendre : on veut que les joueurs soient plus forts individuellement pour améliorer le collectif. C’est l’objectif de la préparation. Tout le monde parle d’un mois de février qui va être dur avec de nombreux matchs et peu de récupération. Moi je parle d’un sprint de quatre mois. On est à la limite entre du sprint et du fond, si on était des athlètes on serait sur du 800m. Il y a également de nombreux obstacles à surmonter mais le but est d’être prêt pour cela. C’est une deuxième partie de saison très alléchante, qui nous place dans un groupe et dans des circonstances géniales pour l’équipe et le club, je pense notamment à la Coupe d’Europe. L’idée est de pouvoir être fort sur ces quatre mois. Et pour cela, il faudra être costaud individuellement et être capable d’impliquer tout le monde dans le processus de l’équipe.

As-tu des regrets sur cette première partie de saison ?

Je ne vis pas avec les regrets. Tout ne s’est pas passé comme on l’aurait souhaité mais cela a généré d’autres choses, donc on peut voir le match contre Créteil comme étant une erreur de parcours mais elle a généré une prise de conscience chez nous qui nous a permis de réaliser d’autres résultats. L’objectif était surtout de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Il n’y a pas de regret, ce sont des étapes et elles nous ont permis d’évoluer et d’apprendre.

Crédit photo : @The_Agency

L’aventure européenne va continuer en février / mars avec les poules, c’était un vrai objectif pour le club ?

C’était un vrai objectif pour tout le club, cela nous permettait de vivre six matchs européens supplémentaires et quand on voit aujourd’hui la teneur des adversaires qu’on va affronter c’est énorme au niveau de l’expérience et de l’apprentissage. On va être confronté aux demi-finalistes de l’année dernière, à Rhein-Neckar Löwen qui est habitué à la Ligue des Champions et Cuenca qui a battu Holstebro la saison passée. Sur le papier, c’est la poule la plus dense je pense, mais je souhaitais un tirage comme celui-ci, être face à de grandes équipes. Ce qu’on a besoin aujourd’hui c’est d’exister et de se confronter aux meilleurs pour pouvoir continuer à progresser. Je suis satisfait du tirage et pour moi il nous permet de croire aussi à la qualification, c’est tout à fait réalisable. Ça va être compliqué mais ce n’est pas impossible.

La reprise s’est faite hier, c’est la première fois que tu as autant d’absents dans le groupe, comment tu vas gérer cela ?

C’est nouveau pour nous de gérer une reprise avec autant d’absents. On essaie de s’intéresser autant aux individus qu’à l’équipe, on essaie de faire plus que les autres années sur ce domaine. Cela nous permet aussi d’intégrer des jeunes et de les confronter à un rapport de force qui va nous permettre d’avoir des avis et des idées sur leurs futurs potentiels. L’idée est aussi de bâtir une préparation avec les pros qui sont présents avec le plus d’implication possible. Cela me rappelle également la trêve de la saison dernière où on avait de nombreux blessés. Là c’est qu’il y a des sollicitations dans les équipes nationales donc c’est signe de bonne santé pour le club, qui montre la réussite de ces joueurs au sein de notre effectif.
On va avoir très peu de temps pour réintégrer les internationaux avant le début des matchs officiels donc l’ossature présente à l’entrainement a un rôle important et on va devoir s’appuyer dessus sur cette seconde partie de saison.

Quels sont les objectifs de ce déplacement à Clermont ? et du tournoi à St Etienne ?

L’objectif est de se remettre dans le bain progressivement durant ce mois de janvier. A Clermont c’est aussi d’affronter des équipes européennes et on a ça en tête. On aura deux styles de jeu différents avec une équipe de l’est et une équipe portugaise qui a un jeu qui se rapproche de celui des espagnols. On est très content d’avoir été invité à ce tournoi.
L’objectif est de monter en puissance pour être prêt dès le 1er février et cette rencontre de Coupe de France à Aix.

Que souhaites-tu en 2020 pour l’USAM Nîmes Gard ?

Je souhaite que l’on continue de montrer cette belle image qui nous suit depuis des mois. Pour avoir fait la golden League et rencontrer des techniciens, des élus, des personnes de la Fédération, les retours sur l’USAM sont très positifs, c’est une équipe de caractère qui est très agréable à regarder jouer. Le club progresse et est vu comme un club qui commence à compter dans le paysage français. Je souhaite que l’on continue à véhiculer cette image positive et qu’on continue à s’installer dans ce qui se fait de mieux dans le handball hexagonal et puis qu’on pointe encore un peu plus le bout de notre nez sur la scène européenne, ce qui veut dire se qualifier à nouveau pour une compétition européenne en fin de saison et puis être de plus en plus exigeant au quotidien et avoir l’envie de progresser continuellement.