Bonjour Romain, peux-tu nous parler de toi, de ton parcours ?

Je m’appelle Romain Berro, j’ai vécu de longues années dans le Tarn et je suis natif de Castres exactement. Actuellement j’interviens sur les -18 nationaux de l’USAM Nîmes Gard et sur le pôle espoir Occitanie de Nîmes. Je suis entraîneur depuis une dizaine d’années et je suis arrivé au mois d’août 2019 à l’USAM Nîmes Gard. Avant ça, j’étais Conseiller Technique Fédéral dans le Tarn. J’ai entrainé pendant une année (2014-2015) les filles de l’entente Sud Côte d’or, j’ai participé au cursus de formation des joueuses de -18nationales et nous sommes allés jusqu’en 8ème de finale du championnat de France. Ensuite, j’ai eu l’opportunité avec un autre projet qui m’a permis de m’orienter vers la filière masculine.

Crédit photo : Serge Tabarracci
Quel jour de la semaine vous intervenez pour les entraînements ? Quels sont les résultats de votre équipe cette saison ?

J’interviens tous les jours de 16h30 à 18h sur les entraînements au pôle avec un entraînement collectif le mercredi de 14h à 17h au Parnasse et le vendredi soir de 18h à 19h30 à Philippe LAMOUR, en sachant que 75% de l’effectif des -18 sont des joueurs du pôle donc cela me permet, en tant que responsable de cette catégorie, de les faire progresser et évoluer durant toute la semaine.
Sur la première partie de saison nous avons réussi à nous qualifier pour le poule haute du championnat de France. A présent nous avons commencé cette seconde phase de championnat avec un bilan très satisfaisant de trois victoires et une défaite.
Par rapport à mon collectif, nous avons une ossature d’anciens joueurs avec des 2002 qui forment une grosse base arrière avec une puissance de feu, cela reste un fort atout pour mon équipe. Cependant l’hétérogénéité de l’équipe reste une difficulté au sein de cet effectif car on y compte 7 joueurs nés en 2002, 4 joueurs de 2003 et 4 également nés en 2004 qui font la navette entre les -17occitanie et les -18nationaux.

Trois victoires en quatre match, un bon debut 2020 pour ton équipe ?

On réalise un bon début d’année avec une seule défaite face à une belle équipe de Saint-Raphaël très complète. Le groupe progresse de jour en jour. Je sens des jeunes très motivés, qui travaillent et qui s’investissent pleinement dans le projet. On peut noter la qualité de l’effectif cette année, en prouve la présence de quelques joueurs à plusieurs reprises avec la Nationale 1. Une grande satisfaction de cette reprise. Il va falloir continuer à être concentré sur les prochaines échéances, notamment Nice à domicile lors du prochain match. Nous avons encore un programme chargé, mais les jeunes vont tout donner pour porter haut les couleurs de l’USAM Nîmes Gard, j’en suis certain

Que peut-on apprendre dans cette catégorie pour un joueur qui intègre le groupe ?

N’importe qui ne peut pas jouer en -18 national à l’USAM Nîmes Gard ! Il faut avoir certaines compétences physiques et mentales en lien avec le handball. Dans cette catégorie il est essentiel d’améliorer les savoir-faire individuel et collectif du jeune joueur pour l’accompagner au mieux dans le projet d’accès au haut niveau.

Crédit photo : Serge Tabarracci
Quelle est la poursuite de carrière envisagée pour tes jeunes ?

L’objectif de la majorité des joueurs qui sont à l’USAM c’est de pouvoir prétendre à accéder au centre de formation qui joue en Nationale 1. Nous sommes aussi là pour travailler avec les clubs partenaires, il y a un échange entre ces clubs partenaires et nous, parce qu’on accepte leurs joueurs à partir des -13ans . Mais si leur cursus ne leur permet pas d’accéder au haut niveau, on les réoriente vers leurs structures pour qu’ils puissent continuer leur passion.

Quel est l’objectif que vous vous êtes fixés cette année avec votre équipe ?

L’objectif fixé était de pouvoir se qualifier en championnat de France donc d’être dans les 3 premiers du classement, pour deux raisons. Tout d’abord par rapport à la réforme de l’année prochaine qui qualifie seulement 75 clubs en -18national (95 clubs jusqu’à maintenant) et puis pour respecter l’image de l’USAM Nîmes Gard qui se doit d’avoir une équipe en -18 national. Puis par le biais de cette qualification c’est aussi de préparer les joueurs pour l’année prochaine en allant le plus loin possible dans cette aventure, avec un niveau d’opposition qui va être de plus en plus élevé au fils des mois.

En terme de responsabilité comment reflètes-tu le poids du maillot de l’USAM ?

C’est un poids énorme, l’USAM c’est une institution de la formation française du jeune joueur, on le voit bien par rapport au nombre de joueurs qui sont devenus professionnels grâce à ce club.
Il se veut club formateur parce qu’il alimente les équipes professionnelles, c’est aussi la vitrine du handball français en terme d’historique, il fait parti des premiers clubs à avoir marqué l’histoire du handball français.

Et toi personnellement qu’est-ce qui t’as motivé à venir ici ?

Ce qui m’a motivé c’est que l’on m’a présenté un projet hyper intéressant pour moi, la chance de pouvoir travailler dans un club de Lidl Starligue, de côtoyer des entraîneurs professionnels au quotidien, de contribuer à la formation du jeune joueur et de les accompagner dans leur cursus. J’ai des responsabilités et j’en suis fier, il faut prendre aussi conscience que le club a une image et il faut qu’elle soit représentative des valeurs qu’elle véhicule et ça c’est important.

La rencontre de Jérôme a été également important dans mon choix de venir ici. On a échangé de nombreuses fois ensemble durant des compétitions ou inter pôles. On a partagé ensemble notre passion du handball au service de la formation des jeunes joueurs. On a une approche similaire dans la méthodologie de travail, sur des valeurs partagés. Il souhaitait renouveler son staff et amener quelque chose de nouveau, je suis arrivé dans cette optique.

Quelles sont les relations que tu peux avoir avec ton équipe, le pôle espoir, le centre de formation ou encore l’équipe pro ? (relation inter-équipe Romain)

Sur la catégorie -18 nous sommes sur 3 années d’âge 2002 (dernière année) 2003 et 2004. Le club a aussi une équipe en -18 région où il y a des joueurs qui ne prétendent pas à un niveau national.
Ensuite, j’entretiens une relation particulière entre les -17occitanie et le centre de formation pour lesquels je fais également parti du staff. Quelques joueurs notamment les 2002 pour cette année partent s’entrainer ou jouer avec la nationale 1 et puis à contrario, ceux qui ne sont pas pris avec moi peuvent jouer quand même en -17occitanie, donc les liens sont étroits entre tous. Je suis donc un peu comme la « pierre angulaire » entre les -17occitanie, les -18 et le centre de formation surtout pour les dernières années de pôle.

J’ai la chance également de pouvoir assister et voir les entrainements de l’équipe première mais aussi d’avoir des relations avec le staff de celle-ci. Les entraîneurs viennent voir les -18nationaux jouer pour constater l’évolution des joueurs et qu’on puisse échanger sur leur avenir et cela permet aussi d’avoir un avis extérieur sur la situation.

Comment envisages-tu le renouvellement de ton effectif pour l’année qui va suivre ?

Tout d’abord, il faut faire le point sur les départs et les futurs projets de chaque joueur en fin de saison.
Il est sûr que les 2002 sont en fin de cursus donc une vague de joueurs va partir, ils ne joueront plus en -18, ils pourront soit être partenaires d’entrainement pour le centre de formation, soit rentrer en centre de formation à l’USAM ou bien dans un autre club, sinon ils devront trouver une autre terre d’accueil pour laquelle on leur souhaite le meilleur parcours possible.

Les 2003 et 2004 seront toujours là, et l’effectif viendra se compléter avec quelques jeunes qui viendront en fin de saison. Le travail avec les clubs partenaires a un rôle important à ce niveau-là, pour développer l’effectif en qualité.
C’est en quelque sorte « un pari » que l’on fait, on leur propose des projets intéressants, on s’appuie aussi sur notre formation à nous avec de très belles générations 2004, 2005 et 2006 qui arrivent puis aussi les entrées au pôle évidemment qui est une des circonstances dans laquelle les joueurs peuvent être repérés.

Merci Romain et nous te souhaitons une bonne fin de saison avec ton équipe.