Dans ce contexte que nous vivons en France, les entraînements de notre Green Team se sont bien évidemment arrêtés, pour une durée encore indéterminée. Pour aborder ce sujet, nous nous sommes entretenus avec Franck Maurice, entraîneur de l’équipe.

Bonjour Franck, tout d’abord j’espère que tu te portes bien, ainsi que tes proches ?

Bonjour à tous, j’espère que tout le monde va bien, les supporters, les salariés, les bénévoles de l’USAM. J’espère que dans cette période certes compliquée mais je l’espère enrichissante pour tous, que vous vous portez bien ainsi que vos familles, c’est le plus important.
De mon côté, tout se passe bien, je suis à la maison avec ma femme et mes trois enfants. On s’occupe en alternant les périodes de travail pour les enfants, les périodes de jeux, de jardinage, de films, etc. On a un beau défi à se lancer tous ensemble, c’est de ne pas de pas sortir comme nous l’a demandé le gouvernement, ce qui veut dire pas de contact avec les autres, pas de lien social. C’est compliqué car on fait un sport collectif, on aime les échanges et les interactions avec les autres mais ce n’est pas le moment.

Comment géres-tu le lien avec les joueurs ?

J’ai eu tous les joueurs au téléphone au début du confinement pour les informer de leur situation. Les consignes importantes qu’on a fait passer c’est de rester chez soi, de ne sortir que pour des besoins vitaux, de s’occuper des autres et de s’entretenir physiquement. La priorité c’est celle-là. Ils ont un échange avec un diététicien, qui leur a donné des préconisations alimentaires à respecter pendant cette période car ils ont des corps d’athlètes de haut niveau, qui ont besoin de beaucoup d’énergies et en cette période de repos forcé le corps n’est pas habitué. Ils doivent donc faire attention dans la qualité et la quantité. Puis, ils sont en lien avec Régis Bardera (le préparateur mental) qui leur propose des séances de méditation, des séances liées au stress pour ceux qui le souhaitent.

Comment appréhendes-tu la situation, sachant qu’on ne sait pas combien de temps risque de durer ce confinement ?

Aujourd’hui l’essentiel ce n’est pas de savoir quand on va reprendre, mais de savoir comment on doit se comporter pour que cette épidémie prenne fin, que le virus cesse de se propager et qu’on soit tous en bonne santé. Le handball c’est aujourd’hui quelque chose de complétement accessoire dans cette période. On verra bien dans quinze jours où en est la situation, voir si un début d’amélioration arrive. Actuellement ce n’est pas la préoccupation, je veux garder le lien avec le staff, les joueurs, les dirigeants, les supporters. On pense fort à eux et on a hâte de les retrouver, mais en pleine forme, en pleine santé et en capacité à vivre des moments comme on a vécu ensemble. Et cela passe par cette période compliquée comme on vit actuellement, on en est conscient mais on doit aussi être des exemples pour les licenciés, pour les nîmois. C’est une période délicate mais qui sera bénéfique pour tous, j’en suis persuadé.
Il y a deux joueurs qui sont aujourd’hui seuls, et pour lesquels on essaie d’avoir d’autres apports. C’est Téodor Paul et Aurélien Padolus qui sont dans leur appartement respectif pour qui j’ai une grande pensée.


Portez-vous bien et surtout prenez soin de vous, de vos proches et vos familles.

#GoGreen