Franck, c’est important pour le collectif de retrouver sa cohésion après ces semaines sans se voir ?

La cohésion, c’est le quotidien du groupe, sa façon de travailler. Si tous les joueurs arrivent branchés sur la même longueur d’ondes avec une immense envie de performer, ça se fera naturellement. J’ai confiance dans la capacité de chacun des joueurs à se projeter dans cette aventure, à s’y investir à 200%, comme dans celle du staff à relever les défis de l’exigence, celle des dirigeants à continuer à faire grandir le club ou celle de notre public à continuer de nous pousser avec une énergie incroyable. Il y a de belles et de grandes choses à faire à l’USAM.

Marc sur cette prépa marches-tu avec des objectifs à réaliser quotidiennement ?

Comme je l’expliquais avant, nous avons souhaité construire cette préparation en respectant deux principes forts : « Progressivité et Adaptabilité » ! Nous avons la chance avec Mika de travailler dans un staff à l’écoute et qui nous fait totalement confiance. Du coup il a été simple de construire cette préparation en actant les choses suivantes : 

– une période de « réathlétisation progressive » sans HB pour bien évaluer la condition de chacun.

– une période de reprise progressive du handball mais sans intensité trop importante et sans rapport de force

– une période de reprise HB classique puis des matchs amicaux.

L’adaptabilité viendra du fait qu’il nous faudra sans cesse ré-évaluer l’état de forme des uns et des autres pour savoir si on peut « avancer plus vite vers le handball » ou si nous devons « prendre un peu plus de temps ».

C’est un peu un nouveau défi finalement ?

Oui c’est un vrai nouveau défi qui s’offre à nous ! Mais ce staff aime relever des défis et à la volonté de toujours faire mieux et d’aller toujours plus loin ! Alors « même pas peur ».

Franck, d’un point de vue sportif, on doit s’attendre à une saison intense ?

On a travaillé dur pour arriver à ce niveau de performance. Les joueurs, le staff, David, tout le monde a poussé fort et nous sommes aujourd’hui 3ème du championnat. De mon point de vue, ça nous confère surtout des devoirs, encore plus quand on joue à l’USAM, à Nîmes, dans cette équipe.
Nous avons recruté avec intelligence les joueurs qui arrivent, Quentin (papa d’une petite Lou depuis vendredi, une petite nîmoise…) et Vid vont nous apporter fraicheur et expérience. Alors jouer plus de matchs, c’est une opportunité, certainement pas une contrainte ! La Coupe d’Europe avec une poule de 6 équipes donc 10 matchs et un championnat avec 4 rencontres supplémentaires (Poule de 16 équipes), ça doit nous galvaniser ! Nous avons l’équipe pour jouer sur ces 2 tableaux, des rotations de qualité à tous les postes, un contexte à domicile avec une salle bouillante et du temps devant nous pour mettre les corps et le handball en place. Alors oui, je reviens sur la 1ere question, je suis impatient ! J’ai hâte de remettre mon “Green Suit” !

Marc, c’est ta deuxième saison qui démarre pour toi à l’USAM, que retiens-tu de cette première année au sein du club ?

Sur le plan personnel cette première saison aura été riche en émotions ! La découverte du très haut niveau et de ses exigences, une période d’adaptation avec des hauts et des bas, des doutes… Mais une saison exceptionnelle sur le plan sportif avec les résultats que l’on connaît et sur le plan humain avec de très belles rencontres ! Au-delà de tout ça, j’ai découvert un club avec de belles valeurs, de belles personnes et un staff exceptionnel ! De quoi me donner envie de m’y épanouir encore plus.