Bonjour Clément, tout d’abord peux-tu te présenter?

Je suis originaire de Montpellier où j’ai effectué mon centre de formation. Par la suite, je suis parti à Clermont l’Hérault où j’ai pu côtoyer Julien Rebichon et Benjamin Gallego.
Je suis ensuite venu à Nîmes, où j’ai joué un an avec l’équipe réserve. En parallèle, j’ai commencé à entraîner les -13 ans de l’USAM Nîmes Gard. J’étais également en charge de la formation des jeunes entraîneurs afin de dynamiser les catégories et de motiver nos encadrants.

Quelles sont tes missions aujourd’hui au sein du club ?

Aujourd’hui, je continue sur ces missions, c’est à dire d’entrainer les catégories jeunes. Je suis très sensible à cela, à travailler en étroite collaboration avec les éducateurs.
En parallèle nous faisons un gros travail auprès des écoles pour faire découvrir l’activité du handball à tous les jeunes nîmois et plus précisément dans les quartiers sensibles de la ville. La saison dernière on est intervenu dans 12 établissements, ce qui représente environ 50 classes, soit 1 200 enfants par cycle.
Dans le cadre de ce projet, on réalise un tournoi à la fin de chaque cycle, qui réunit plus de 1 000 enfants sur un événement « USAM ENSEMBLE »

Je suis également depuis presque dix ans en charge de l’administratif des licenciés, de la gestion des plannings, de l’accompagnements des entraineurs.

Comment s’est passé la période du confinement pour toi ?

Pour ma part le confinement s’est bien passé, je me suis occupé de mes enfants, ce qui était fort appréciable. Cependant, le contact avec les équipes a été difficile. Ce n’était pas la meilleure manière de clôturer la saison mais ils ont pu assister à la rencontre des joueurs professionnels lors de visio conférences, ce qui était très appréciable pour eux.

Concernant la gestion de l’activité physique, je remercie le préparateur physique du club Marc Teissonniere, qui a réalisé des séances de renforcement musculaire pour toute la communauté et les jeunes n’ont pas hésité à suivre ce programme pour rester en forme.

Quels sont les axes de travail dans ta catégorie ?

Pour moi, ce qui est important dans cette catégorie, c’est d’apprendre à s’entrainer de la meilleure des manières, de continuer à faire évoluer les jeunes.
Mais mon objectif prioritaire reste le suivant : leur apprendre à enchaîner les tâches, à avoir une vision globale du jeu et ne pas se concentrer uniquement sur leurs performances individuelles. Il est très important de mettre en avant l’esprit d’équipe et le collectif.

Quels sont les acquis à obtenir en sortant de cette catégorie ?

En sortant de cette catégorie, l’aisance technique est très importante, il faut qu’ils aient aussi la meilleure compréhension possible du jeu. Comme je l’ai dit en amont, il est important que les jeunes aient une vision globale du jeu de l’équipe.

Qu’implique pour toi le poids du maillot de l’USAM Nîmes Gard ?

Concernant les catégories jeunes c’est l’image qu’on renvoie qui est importante. On se doit d’être irréprochable sur le terrain et dans notre comportement.
L’objectif dans cette catégorie est de jouer dans le respect de l’adversaire, il est important notamment de garder de bonnes relations avec nos clubs partenaires.

Comment s’est passé la reprise de ton côté ?

Au vue du contexte sanitaire actuel,  cela a changé beaucoup de choses dans notre façon de travailler. J’ai dû organiser la reprise à distance, ce qui était une nouveauté pour moi.
Nous avons cette année moins de nouveaux inscrits par rapport aux années précédentes. Mais les anciens ont répondu présents et c’est le principal.

On essaie de faire repartir l’activité dans le contexte actuel. On joue de façon classique en essayant de prendre un maximum de précautions dans les flux de circulation, les moments d’échange.