Bonjour David, peux-tu tout d’abord nous faire un bilan de la saison passée ?

Sportivement on a respecté les objectifs que l’on avait prévu, à savoir être européen à la fin de la saison, mais aussi réaliser de très bons matchs dans des moments importants. Je pense notamment au match nul à Montpellier, ou encore la victoire contre Nantes.

Mais on a une saison qui a un peu un goût amer, car être aujourd’hui à l’USAM Nîmes Gard c’est être dans l’excellence et donc tout donner à chaque instant. On a un peu de regret sur certaines rencontres qu’on aurait pu faire tourner en notre faveur. Mais cette saison reste la confirmation que nous sommes un club qui évolue et continue de progresser.

Le Parnasse Infernal va retrouver son public ?

Mon plus grand regret sur cette saison c’est de ne pas avoir eu notre public, c’est à dire nos partenaires et supporters.

Retrouver notre Parnasse Infernal pour la saison 2021-2022 est la plus belle satisfaction. Je pense que l’on a perdu des points cette saison sans le soutien du public. Je pense que c’est le meilleur de France, avec le public nantais composés de véritables passionnés.
Nos supporters savent quand il faut pousser l’équipe et sont précieux dans les rencontres décisives.

Le club continue de se développer d’une manière globale ?

Le club continue de grandir et se structurer au fil des années. On va à nouveau innover dans ce que l’on propose aux abonnés, aux licenciés mais aussi aux partenaires.

On créera des événements pour solidifier le lien entre les joueurs et son public. L’USAM Nîmes Gard est le plus grand réseau d’entreprises sportif de notre territoire. On propose de nouveaux produits en restant proche de nos spectateurs.

Une nouvelle qualification européenne pour l’USAM ?

C’est un travail qu’on a construit pierre après pierre. Je n’oublie pas d’où l’on vient, en D2 il y a neuf saisons. Le club a énormément évolué avec une finale de Coupe de France, trois participations consécutives en Coupe d’Europe.

Le club a progressé à la fois par la qualité des joueurs, le travail du staff et aujourd’hui l’objectif est de continuer à garder ce minimum syndical tout en le poussant à monter vers l’étage supérieur.

Peux-tu nous dire un mot sur les deux recrues ?

Henrik Jakobsen c’est l’expérience, c’est la confirmation du très haut niveau au poste de pivot. C’est un joueur qui va emmener ses caractéristiques physiques avec son gabarit, beaucoup de force et d’endurance. Il a cette capacité à pouvoir jouer longtemps.
De suite il s’est imposé comme un élément important, avec un bon relationnel.

Concernant Mathieu Salou, on le suivait depuis très longtemps. Un jeune français avec un bras gauche incroyable. Il est capable de tirer de très loin, différent de ce que Luc fait depuis de nombreuses saisons.
Il vient avec toute sa jeunesse, son envie d’apprendre. Il doit progresser défensivement mais il en est conscient. A lui maintenant de montrer l’étendue de son talent, il peut exploser à Nîmes.
Jouer devant le public du Parnasse est un rêve pour lui, et ainsi partager d’excellents moments avec eux.

Concernant les amateurs, le handball va pouvoir reprendre ?

L’USAM Nîmes Gard a fêté l’année dernière ses 60ans. Notre club est bâti et fondé sur l’ADN de la jeunesse, de la formation. On a de belles générations chez les jeunes.

Très heureux de voir nos jeunes filles et garçons licenciés retrouver le chemin des salles et prendre du plaisir en jouant au handball.

Là aussi on fera tout pour qu’ils rattrapent cette saison perdue et on espère qu’ils vivront une belle saison 2021-2022